Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 10:39
14ème TWIN FAIR

La 14ème Twin Fair aura lieu au sein de la salle Gambetta à Calais. C'est l'occasion d'y retrouvé une cinquantaine d'antiquaires britanniques et d'échanger sur l'art.

Les activités culturelles seront nombreuses comme des démonstrations de l'escrime Élisabéthaine.

bientôt 15 ans que cette aventure continue sous la direction énergique et volontaire de Marie Christine Livermore. Cette action plus qu'une simple fête annuelle est aussi une occasion réelle pour la région Pas de Calais de renforcer ses liens avec le Kent. Le Nord Pas de Calais est aussi proche de Londres que de Paris. Cette région perd sortir son épingle du jeu en se focalisant sur l'activité transmanche, et les liens avec les britanniques.

Dans une ambiance festive et décontractée, avec une atmosphère élégante et chaleureuse, je ne doute pas que cette 14ème Twin Fair soit une réussite.

Le samedi 16 mai de 10h à 18h

http://twinfair2015.wix.com/twinfair

14ème TWIN FAIR
Mairie de Calais

Mairie de Calais

Forum Gambetta - Calais

Forum Gambetta - Calais

Partager cet article
Repost0
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 10:52
VENTE AUX ENCHERES WALLPAP'ART
hôtel Pullmann - ancien manège à chevaux

hôtel Pullmann - ancien manège à chevaux

Les ventes aux enchères caritatives s'enchainent mais ne se ressemblent. Je crois d'ailleurs que je vais rédiger un memorandun sur l'importance et le rôle grandissant des ventes caritatives dans le marché de l'art.

Toujours est-il que la semaine prochaine aura lieu à Versailles la vente Wallpap'art. Une vente audacieuse à plusieurs points: premièrement car elle se situe dans l’hôtel Pullman avenue de Paris, lieu de prestige par excellence:

 

Placé au 2 avenue de Paris, l'auguste bâtiment avec un porche colossale date du XIXème siècle et était à l'origine un manège à chevaux pour la caserne. Avant la révolution les cadastres montrent que cette parcelle était occupée par un jardin à la française dépendant de l’hôtel particulier du Grand Maître.

plan de versailles vers 1746 - from Gallica

plan de versailles vers 1746 - from Gallica

plan de Versailles vers 1880 - from Gallica

plan de Versailles vers 1880 - from Gallica

plan de Versailles en 1927 - from gallica

plan de Versailles en 1927 - from gallica

La vente aux enchères Wallpap'art est organisée par les Bachelor de l'IESA, cette vente au profit de l'association Wild Touch va présenter plus de 30 artistes:

SteW, Adrien du Chouchet, Zhang Meng Yuan, Poulposphère, Iris Colomb, François Mallet, Dominique Sens, Maud LC, Henry Hang, Laure Devenelle, Amandine Vallee, Thomas Deschamps, Véronique Moulard, Ileana d’Orléans, Charlie Rioux, Fred Spririn, Martina Seeber, Guy Laurent Albagnac, Yon Costes, Anne de Colbert Christophorov, MV Philippe, Denis Pouppeville, Davy Surer, Herve All, Lika Kato, Hollardback, Florence Babin, Slane, Djalouz, Chen Yi-Chun, Youllia Nikolova, Hélène Barrier, Rada Tzankova, Jessy Doudou Style.

 

Les oeuvres ont toutes été créées pour l'occasion, ce sont des papiers peints dont les artistes se sont emparés, ils les ont modifié, découpé, proposé une nouvelle lecture.

 

Les oeuvres sont certes de grandes dimensions (sauf 2 petits formats) mais présentent l'avantage d'être unique et accessible puisque le prix de départ est de 200€ sans aucun frais. Marouflé et encadré, ce sont des oeuvres sculptures par leur dimensions qui conviendront parfaitement pour décoré un grand espace, ou même pour remplir un mur afin de créer un effet décalé. Les artistes qui particpent à la vente sont des artistes émergeant et confirmer dont leur côte est en croissance, donc ne manquer cet investissement accessible!

Oeuvre d'Ileana d'Orléans

Oeuvre d'Ileana d'Orléans

Oeuvre de Véronique Moulard

Oeuvre de Véronique Moulard

oeuvre de Yon Costes

oeuvre de Yon Costes

catalogue téléchargeable sur le site internet de wallpap'art

Partager cet article
Repost0
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 10:19
quelques dessins de la vente aux enchères
quelques dessins de la vente aux enchères
quelques dessins de la vente aux enchères
quelques dessins de la vente aux enchères

quelques dessins de la vente aux enchères

VENTE AUX ENCHERES 'DESSEIN SOLIDAIRE'

DESSEIN SOLIDAIRE est une vente aux enchères caritative organisée par le Master 1 de l'IESA, avec le soutien officiel du footballeur international Samuel Eto'o.

Elle aura le lieu le jeudi 9 avril à 19h30 à l'école 42, 96, bd. Bessière - 75017 Paris


La vente sera précédée d’une exposition et d’un cocktail de bienvenue, avec une performance de “live drawing”. Les dessins d’artistes seront mis en vente par un commissaire priseur bénévole avec un prix de départ de 50 euros pour ouvrir la vente à un large public.

C’est autour du dessin que DESSEIN SOLIDAIRE organise une vente aux enchères caritative, dont les bénéfices seront reversés pour la cause du Nord Cameroun.

Le projet a pour but d’aider un village précis du Nord-Cameroun. Pour des raisons évidentes liées à l’actualité le Ministère des Affaires Étrangères nous a recommandé de ne pas communiquer le nom de ce-dit village. Malgré cette crise géopolitique majeure qui sévit dans la région Nord- Cameroun, malgré toutes les difficultés qu’entraine cette décision les élèves de l'IESA restent motivés à donner naissance à ce projet.

CETTE VENTE EST L'OCCASION RÉELLE DE COMMENCER UNE COLLECTION D'ART PERTINENTE, AUDACIEUSE ET AU GRAND POTENTIEL; avec un prix de départ de 50€, tout le monde peut acheter et participer. C'est une rare occasion. Je dirai même trop rare

cliquer ici pour télécharger le catalogue

cliquer ici pour accéder au site internet

Listes des artistes qui participent:

 

  • Benoit ATL
  • Arnaud d'Aunay
  • Emma Bader
  • Bebar
  • Michel Biot
  • Chiehsen Chiu
  • Marion Claracq
  • Yon Costes
  • Fabrice Cochet
  • Yasmina Deek
  • Hans Dörflinger
  • ParisSketchCulture
  • Pierre Dufour
  • Renaud Duval
  • Thomas Fournier
  • Changjiang
  • Hannah Griffith
  • Cansın Gürsoy
  • Qi Han
  • Henry Hang
  • Isabelle Huard
  • Eugénie Jay Lefranc
  • Liu Jin
  • Zhang Jing
  • Kolorz
  • Kongo
  • Clavin Kwok
  • Frédérique Lecerf
  • Le Gun
  • Rémy Leclercq
  • Betty LeGall
  • Bibi Lei
  • Chen Lu
  • Carel Marsowanian
  • Thia One
  • Berthet One
  • Jiawei Pan
  • Emanuel Pierre
  • Gao Qing
  • Sack
  • Sarah Sakji
  • Daisy Sims-Helditch
  • Jérôme Stablon
  • Marie Thurman
  • Xavier Tsang
  • VAL
  • Marius Villeneuve
  • Wenshu WANG
  • Silvère Weiss
  • Ballzi Yau
  • Wang Yuan
  • Yunlong Yue
  • Meidi Zhou
dessin de Changjiang

dessin de Changjiang

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 03:09
couverture de Focus

couverture de Focus

Les tableaux spoliés à l'époque nazie et redécouverts récemment posent de nombreuses questions et soulèvent de nombreux problèmes qui risquent fort d'éclabousser le gouvernement Allemand et les Alliés.

 

Tout d’abord posons-nous la première question, comment est-ce que l’affaire a été révélé? L’affaire est découverte par le magazine Focus, puis les jours qui suivent chaque journal national commence son enquête. Voilà par exemple ce que dit la presse belge : "Cornelius avait été contrôlé en septembre 2011 par les douanes allemandes non loin d'Augsbourg, dans un train reliant la Suisse à l'Allemagne, avec 9.000 euros en liquide dans une enveloppe. Tout cela était parfaitement légal, mais les enquêteurs, intrigués, avaient fini par obtenir quelques mois plus tard l'autorisation de perquisitionner chez lui le 28 février 2012..." Première question si c’est légal, pourquoi demander une perquisition ? Car les policiers étaient intrigués ? Je ne pense pas que la justification "intrigué" suffise auprès d’un tribunal pour obtenir une perquision...

 

Maintenant voyons qui est Cornelius Gurlitt? Cornelius, né en 1932 est un octogénaire manifestement atteint de syllogomanie, trouble obsessionnel qui pousse à une accumulation compulsive d'objets divers. Parmi les boîtes de conserve dont certaines sont vieilles de 30 ans, les policiers découvrent près de 1500 oeuvres.

L'homme qui est totalement déconnecté de la société actuelle accuse le coup et commence juste à s'expliquer: le Monde rapporte: "La disparition de mes tableaux a été plus douloureuse" que la disparition de son père, de sa mère ou de sa sœur morte d'un cancer. Il en veut aux fonctionnaires : "Ils auraient pu attendre que je sois mort." Cette phrase qui peut paraître bête est simple à eveiller en moi un soupçon. Et si Cornelius envoyait un message caché par cette phrase. Je pense que par ces quelques mots il accuse le gouvernement Allemand de manipulation.

 

 

Faisons l'hypothèse suivante:

Cornelius est un homme célibataire sans enfant. Si il décédait demain, comment se passerait la succession? Avec beaucoup de difficultés. Sans femme ni enfant, le notaire (ou notar en Allemand) devrait rechercher les descendants très éloignés. Pour cela il commanderait un arbre généalogique auprès d'un généalogiste profesionnel pour retrouver les petits cousins. Il réaliserait vite que l'exceptionnelle collection d'art était un héritable de son père qui était un des maillons les plus important de la collecte des oeuvres d'art pour le gouvernement du national Socialisme c'est à dire les Nazis. Il penserait qu'une partie serait le résultat de la spoliation de la communauté juive. De suite il contacterait la presse. L'affaire aurait été rapidement sur la place publique. Elle aurait littérallement explosé en plein vol. les accusations contre le gouvernement allemand aurait été digne d'un déluge.

 

 

Au contraire cette affaire a été dévoilé seulement aujourd'hui alors que l'enquête est en cours depuis 1 an déjà... Pourquoi ce silence? Si la vie d'une personne eut été en jeu, ce silence aurait pu se justifier de la part des autorités judiciaires allemandes. Mais ce n'est point le cas. Au contraire toutes les personnes qui pourraient aider à la reconnaissance des oeuvres ont plus de 80 ans, chaque jour compte. Les autorités auraient dû très rapidement dévoiler les oeuvres pour se faire aider des mulitples associations juives, des derniers survivants et ayants droit comme le signale la petite fille d'Otto Dix: "Les familles d'ayants droit pourraient les regarder. Et cela faciliterait peut-être le travail de recherche. Car c'est un vrai puzzle", dit-elle, estimant que la justice avait beaucoup trop tardé à informer le public.

Alors pourquoi ce silence? Il est clair je pense qu'il fallait maîtriser la communication, imaginer comment expliquer l'histoire face à la multitude de questions qu'allait soulever ce drame. Au final on peut même se demander si la police Allemande était réellement présente inopinément dans ce train...

 

.

pendant le seconde guerre mondiale - Tri des oeuvres d'art spolié à la communité juive à Paris au musée du jeu de Paume avant leur envoi en Allemagne au centre au découvre le père Gurlitt

pendant le seconde guerre mondiale - Tri des oeuvres d'art spolié à la communité juive à Paris au musée du jeu de Paume avant leur envoi en Allemagne au centre au découvre le père Gurlitt

Seconde question comment la succesion à la mort du père Gurlitt en 1956 a pu se faire aussi simplement? Est-ce que le notaire de cette transaction était complice? Et si le fils Gurlitt a caché ces oeuvres lors de la succession, il n'avait donc aucun document de propriété légal. Document obligatoire pour revendre toute oeuvre d'art. Certes il est possible de payer un forfait libératoire pour passer outre mais les galeries ou maisons de vente aux enchères auraient dû se poser les bonnes questions. Certains m'opposeront que le client pouvait mentir ou dire que ça lui venait du père. L'expert ou le courtier d'art se doit de vérifier toutes les nformations et surtout la première qui est l'origine des oeuvres. Si Cornelius a vendu régulièrement ses oeuvres d'art il est indispensable de refaire le point et d'étudier l'historique de ces ventes. Il faut ouvrir une commission d'enquête pour faire la lumière sur ces hypothèses.

 

 

Troisième point certainement le plus délicat pour l'Histoire. En 1945 le père Gurlitt est interrogé par le lieutenant américain Dwight McKay sur son rôle en tant que marchand d'art pour les nazis. D'après le compte-rendu de cette enquête, Hildebrand Gurlitt a décrit comment il a été embauché au début 1943 par Hermann Voss, le chef du Sonderauftrages Linz chargé de constituer les collections du Führermuseum, pour l'aider à acheter des œuvres d'art dans le Paris occupé. Gurlitt nie toute implication dans le commerce de l'art pillé en France. Si l'on en croit le Süddeutsche Zeintung en 2013, les investigations des Alliés n'ont pas porté sur l'« art dégénéré » (les modernes) que Hildebrand Gurlitt a exporté avec l'autorisation officielle des nazis à l'étranger, mais sur les œuvres de provenance française. J'en perds littéralement mon latin pourquoi le lieutenant ne lui pose pas cette question? Pourquoi croit-il Gurlitt quand celui-ci lui dit que sa collection a brûlé dans l'affreux bombardement  de Dresde? Pourquoi l'enquête a t'elle était bâclée? Que l'on n'oppose pas le fait que les militaires n'étaient pas zélés. Ceci ne tient pas la route. Il avait entre les main l'un des 4 responsables de la disparition des 100 000 oeuvres d'art en Europe et il se contente de ces réponses aussi simples soient elles? Comment et pourquoi les amériacins ont-il pu faire confiance aux réponses de Gurlitt? Dans une hypothèse logique, ils auraient dû le suivre tranquillement durant les années après la guerre et lui tomber dessus quand il a dû vider ses planques. Beaucoup d'hypothèses se bousculent dans ma tête mais une seule me semble logique. les américains ont fermé les yeux, ils ont fait un semblant d'enquête. Pourquoi? Car peut-être leur avait il donner des tableaux pour leur musée? Ou bien des noms de responsables nazis? Ou encore des informations de secret défense? Cet homme qui était très intelligent avait dû sentir le vent tourner et avait certainement préparé des documents pour sauver sa tête auprès des autorités américaines. Je répète que mes lignes ne sont que des hypothèses et je vous invite à discuter avec moi de cette question. Et si finalement le gouvernement allemand avait tout fait pour récupérer la colleciton avant le décés prochain de Cornelius afin de maitriser la communication pour cacher le deal qu'il y aurait eu après la seconde guerre mondiale entre Gurlitt et l'armée américaine? Est-ce de la paranoia, est-ce de la fiction?

 

Je rappelerai à tout à chacun le cas du scientifique Wernher von Braun (1912-1977) qui est le père du programme Apollo et du premier pas sur la Lune mais il a été surtout l'inventeur pendant la seconde guerre mondiale du V2 - premier missile longue portée - responsable du Blitz de Londres et de 15 000 morts. Il ne fut jamais inquiété par son passé de collaboration avec les Nazi, fut accueilli aux USA puis naturalisé américain en 1955 et reste considéré encore aujourd'hui comme un héros national.

 

Il est de tout évidence que cette affaire des 1500 oeuvres découvertes à Munich vont faire couler encore beaucoup d'encre et que bien des questions vont surgir. Que les réponses aussi violentes que réelles éclairent cette trouble période.  L'histoire n'est ni manichéenne ni simple, le tapis que nous venons de soulever risque fort bien d'ouvrir sur la trape d'une cave bien macabre...

 

Hidebrabrand Gurlitt organisant le rangement des toiles spoliées...

Hidebrabrand Gurlitt organisant le rangement des toiles spoliées...

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 17:03

Jean Madelin (1920-2010) a exercé sa profession d’illustrateur-graphiste entre 1940 et 1990. Période où l’ordinateur n’était pas encore devenu l’objet indispensable à toute entreprise. Durant sa carrière il a seulement usé de pinceaux, mines de plomb, calques et papiers. Sa carrière s’étant achevé avant l’avènement du média Internet, aucun de ses travaux n’est référencé dans le réseau, si n’est une affiche datant de 1942. Nous espérons que le patient travail d’inventaire que nous venons de réaliser permettra de faire connaître et reconnaître le travail de Jean Madelin en tant qu’affichiste et aussi en tant qu’artiste surréaliste.

Madame Récamier -1802

Madame Récamier -1802

Madame Récamier -Jean Madelin ( 1920-2010)

Madame Récamier -Jean Madelin ( 1920-2010)

Madame Récamier II - Jean Madelin (1920-2010)

Madame Récamier II - Jean Madelin (1920-2010)

Madame Récamier III - Jean Madalin (1920-2010)

Madame Récamier III - Jean Madalin (1920-2010)

Madame Récamier IV - Jean Madelin (1920-2010)

Madame Récamier IV - Jean Madelin (1920-2010)

Liste des artistes dont nous pouvons attester de leur influence dans son travail à partir des œuvres dont on trouve des inspirations dans son travail :

 

  • Léonard de Vinci (1452-1519),
  • Botticelli (1445-1510)
  • Lucas Cranach (1472-1553),
  • Michel Ange (1475-1564),
  • Arcimboldo (1527-1593),
  • El Greco (1541-1614),
  • Le Caravage (1571-1610),
  • Watteau (1684-1721),
  • Jacques-Louis David (1748-1825),
  • François Gérard (1770-1837),
  • Franz Xaver Winterhalter (1805-1875),
  • Jean François Millet (1814-1875),
  • Jean Baptiste Carpeaux (1827-1875),
  • Pablo Picasso (1881-1973),
  • Amedeo Modigliani (1884-1920),
  • René Magritte (1898-1967)
  • Jean Dubuffet (1901-1985),
  • Salvador Dali (1904-1989),
  • Baldaccini César (1921-1998),
Les trois Grâces - Jean Madelin ( 1920-210)

Les trois Grâces - Jean Madelin ( 1920-210)

Mal de tête - Jean Madelin (1920-2010)

Mal de tête - Jean Madelin (1920-2010)

Panique - Jean Madelin (1920-210)

Panique - Jean Madelin (1920-210)

Métaphore du rêve - Jean Madelin (1920-2010)

Métaphore du rêve - Jean Madelin (1920-2010)

Femme Robe- Jean Madelin (1920-2010)

Femme Robe- Jean Madelin (1920-2010)

Femme Dollar - Jean Madelin (1920-2010)

Femme Dollar - Jean Madelin (1920-2010)

Jean Madelin est un homme discret, calme et de bonne compagnie. Possédant une bonne répartie, un bon sens de l’humour. D’ailleurs son sens aigu de la dérision se retrouve dans ses propositions de campagne publicitaire comme par exemple pour la pommade Snowfire.

Snowfire - Jean Madelin (1920-2010)

Snowfire - Jean Madelin (1920-2010)

Lacobial - Jean Madelin ( 1920-2010)

Lacobial - Jean Madelin ( 1920-2010)

Lotterie Nationale - Jean Madelin (1920-2010)

Lotterie Nationale - Jean Madelin (1920-2010)

Le Pouet du roy - Jean Madelin ( 1920-2010)

Le Pouet du roy - Jean Madelin ( 1920-2010)

Couverture du Point en 1982 - Jean Madelin (1920-2010)

Couverture du Point en 1982 - Jean Madelin (1920-2010)

Partager cet article
Repost0
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 13:01
Chateau d'Hardelot construit en 1228, reconstruit au XIXem

Chateau d'Hardelot construit en 1228, reconstruit au XIXem

L'une des 4 versions de la robe sanglante de la Reine Margot de Patrice Chéreau réalisé en 1994 créée par Moidele Bickel et Jean Daniel Vuillermoz. Les robes n'ont pas étaient tachées de sang, elles sont été réalisées avec du tissu imprimé de couleur rouge.

L'une des 4 versions de la robe sanglante de la Reine Margot de Patrice Chéreau réalisé en 1994 créée par Moidele Bickel et Jean Daniel Vuillermoz. Les robes n'ont pas étaient tachées de sang, elles sont été réalisées avec du tissu imprimé de couleur rouge.

             

 

 

                  Le Château d’Hardelot dans le Pas de Calais propose une rare exposition sur le costume du cinéma Français exposant plus d’une trentaine de costumes d’une vingtaine de films différents. L’occasion de regarder de près les costumes mythiques de la Reine Margot, ou de Tess.

 

Dans le Hall de cette belle demeure remaniée au XIXem siècle sont exposées les délicates tenues du film d’Adèle Blanc Sec créées par Olivier Bériot en 2010. La qualité des tenues est remarquable, on y distingue de suite une réelle approche historique du vêtement. L’image globale est tout à fait semblable à une robe des sœurs Callot ou de Cheruit des années 1890. Nous remarquerons juste une chose, nombre de détails sont fait à la machine pour un gain de temps et de rapidité. De toute façon le grand public ne ferait pas la différence. Ces détails ne sont visibles que de près ou en étant soit même couturier ou expert.

 

 

robe d'Adèle Blanc Sec créée par Olivier Bériot

robe d'Adèle Blanc Sec créée par Olivier Bériot

Détail d'une robe d'Adèle Blanc Sec créée par Olivier Bériot

Détail d'une robe d'Adèle Blanc Sec créée par Olivier Bériot

L’exposition nous présente le costume du duc de Buckingham réalisé pour les Trois Mousquetaires version USA par Pierre Yves Gayraud. Le film est ce qu’il est : une explosion de feux d’artifices et d'effets spéciaux. Ce film ne se veut pas réaliste mais inspiré. Il eut été opportun dans la scénographie justement de mettre en perspective, le costume du film, une photo de l’acteur habillé et un costume d’époque afin de comparer. Le costume du film est en effet par sa culotte et son surcot de pourpre brodé particulièrement riche, mais le comédien avec ses chaussures à nœud de moulin à vent et son chapeau typique XVem est encore plus flamboyant. C’est un film qui ne se prénait pas au sérieux et qui a su émerveiller par ses vêtement un public de néophytes.

 

Ce qui n’est pas le cas pour le film suivant. Autant à la Robe de Marie Antoinette exposée, que le salon Whitley qui fut créé pour le film les Adieux de la Reine par Christian Gasc, j’avoue avoir était un peu surpris par les finitions et la qualité des dentelles. Un exemple surprenant, sont les entrelacs des boutons du roi Louis XVI qui montrent clairement un travail réalisé dans une précipitation totale. Déjà que le film est fort critiquable dans la mise en scène et le non respect du protocole et bienséance sous l’ancien régime, je suis désolé de constater que le costumier a été obligé de rendre un travail qui eut pu être mieux fini s'il avait eu les moyens et le temps nécessaire.

 

 

Habit de Louis XVI pour le film Les Adieux de la Reine créée par Christian Gasc

Habit de Louis XVI pour le film Les Adieux de la Reine créée par Christian Gasc

Habit de Louis XVI pour le film Les Adieux de la Reine créée par Christian Gasc, regardez bien le détail des boutons et la qualité criticable de l'application des broderies...

Habit de Louis XVI pour le film Les Adieux de la Reine créée par Christian Gasc, regardez bien le détail des boutons et la qualité criticable de l'application des broderies...

La robe que porte Rachel Mc Adams dans le Sherlock Holmes de Guy Ritchie en 2011 créée par Jenny Beatan est très intéressante, car on reconnait un modèle de manteau de Ribaux dans la silhouette mais des manches très Art Nouveau à la Van Velde. Pour un ensemble qui devrait être porté en 1887, il propose une grande modernité puisque ces manches atypiques et rarissimes seront développées vers 1905. Cette anachronisme stylistique est une volonté de présentée cette femme comme une avangardiste. C’est fin, et l’on apprécie cette délicatesse.

 

L’exposition bien que chiche en explication est l’occasion rare de voir des vêtements mémorables de la culture populaires. A voir sans se priver surtout à 2€ l’entrée !

vêtements de Sherlock Holmes en 2011 créés par Jenny Beaven

vêtements de Sherlock Holmes en 2011 créés par Jenny Beaven

Manteau Haute Couture réalisé par Caroline Reboux en 1870

Manteau Haute Couture réalisé par Caroline Reboux en 1870

Robe créée pour le film Arsène Lupin en 2004 par Jean-Pierre Larroque. Robe évoquant les robes de dentelle irlandaise.

Robe créée pour le film Arsène Lupin en 2004 par Jean-Pierre Larroque. Robe évoquant les robes de dentelle irlandaise.

La particularité de la dentelle d’Irlande est que tout est fabriqué en une fois, sans être coupé ni recousu par la suite. C’est un travail exceptionnel par sa technicité.

La particularité de la dentelle d’Irlande est que tout est fabriqué en une fois, sans être coupé ni recousu par la suite. C’est un travail exceptionnel par sa technicité.

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 18:15

Serafina, est une femme courageuse qui propose une collection de vêtement faits main à Manosque inspirés de la culture malgache. La tradition vestimentaire de l’île est basée sur le lambahoany qui est un panneau de tissu imprimé à forme géométrique. Les lambahoanys comportent souvent une inscription en Malgache sous forme de proverbe ou de message. Cette inscription permet de transmettre un message spécifique d’une personne à une autre, comme un message de bonheur. On ressent l’influence de l’Afrique par les couleurs proches du wax, mais les motifs sont différents et souvent plus figuratifs.

 

Sérafina propose trois types de vêtements : des robes féminines et portables pour toutes les bourses puisque les prix sont compris entre 30 et 400€ avec une moyenne de 80€. Des chemises unisexes, rappelant la tradition de l’abacost dont les prix avoisinnent les 20€ et enfin des vêtements occidentaux customisés avec du lambahony judicieusement placé, il faut comper environ 25€.

 

Les pièces sont faites à la main, même les ourlets ! Ce que même les plus grandes maisons de mode parisiennes ne font plus. Serafina pratique la couture comme elle l’a apprise à Diego Suarez à Madagascar, c'est-à-dire : un travail rapide, efficace, et propre fait main. Les formes qu’elle réalise sont un syncrétisme entre le New Look de Dior et les robes près du corps des années 80 avec une touche de baroque surlignées par la présence de nœuds et des tissus colorés.

 

Mais comment peut-elle proposer des prix aussi bas avec une technicité aussi grande ? Tout simplement car Serafina a compris l’évolution récente de la mode. Lors de notre conversation, elle m’a explique avec justesse qu’elle devait se rapprocher des prix du prêt à porter, tout en offrant une qualité de service irremplaçade afin de motiver les clients à venir acheter chez elle. Combien en effet sont les françaises qui osent pousser la porte d’un tailleur sur mesure ou d’un couturier. Soyons réalistes, il faut penser différement et ré-éduquer le grand public à la qualité pour les amener peut-être d’ici à quelques années à comprendre l’intérêt de dépenser pour des vêtements de qualité.

 

Par ailleurs Serafina propose aussi une fois par an, durant la journée d’indépendance de Madagascar le 26 juin à l’ambassade à Marseille, des vêtements plus fins, plus aboutis, plus couture. Elle organise aussi le Sôma avec handicap-indépendance - association caritative malgache basée à Marseille dont le but est d’apporter du matériel médical à Madagarscar. Le Sôma est une importante fête réunissant plus de 500 personnes ayant lieu tous les deux ans à Marseille. On y retrouve tout ce qui est fashion, bijoux, danse, chant, musique, cuisine traditionnelle, produits alimentaire malgache & artisanat d’art.

 

Serafina a su comprendre et s’adapter à ces clients et aux lieux de vente. Elle offre un rapport qualité prix, incomparable et vous réconcilie avec le fait main. Oui, il est possible de concurrencer le prêt à porter, ce n’est qu’une question de temps, d’envie et de barrière psychologique.

 

Glammour & Swag

15, passage des Greniers

04100 Manosque

robe en  lambahoany avec jupons et mousseline

robe en lambahoany avec jupons et mousseline

SERAFINA, où la mode inspirée à Manosque
SERAFINA, où la mode inspirée à Manosque
Présentation des vêtements de Serafina lors d'un Sâmo

Présentation des vêtements de Serafina lors d'un Sâmo

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 00:00
Kimono en Tsutsugaki milieu du XIXem siècle

Kimono en Tsutsugaki milieu du XIXem siècle

Qu’est-ce que le tsutsugaki [筒描] ? Avant d’être un tissu japonais, c’est avant tout une technique. Le tsutsugaki (de tsutsu, « tube » et de gaki, « dessin ») désigne une technique japonaise de teinture à l’indigo accompagnée de décors réalisés par réserve à la pâte de riz.

 

Le musée Guimet est le premier musée occidental à proposer une exposition retraçant cette technique. Dans une scénographie de qualité, les conservateurs ont su jouer des couleurs, et des trois dimensions, mention spéciale pour la rotonde décorée de Nobori des 10m de haut traversés par une brise légère.

 

À l’image de l’art de l’estampe, le tsutsugaki est un art populaire qui relève à la fois du dessin et de la teinture, résultat d’un processus de création complexe qui fait appel à plusieurs savoir-faire conjoints (le dessinateur, l’artisan et le teinturier). Né à l’époque de Muromachi (1337-1573), le tsutsugaki a connu son apogée au cours de l’époque d’Edo (1603-1868). Les kimonos [着物] et yukata [浴衣] réalisés grâce à cette technique sont des habits de travail. Même si l’indigo n’est pas bon marché au japon, cette couleur est très peu chère face à la broderie. De plus l’indigo a la particularité de se maintenir sans mordant, c’est pourquoi il fut très utilisé pour les emplois salissant ou usant. Que ce soit les pompiers, les pêcheurs, les dockers ou certains manutentionnaires, tous portés les tsutsugaki aux motifs protecteurs. Cette spécificité explique pourquoi ces vêtements sont rares dans les collections muséales contemporaines. En effet les habits ont souvent disparu car trop usés. L’origine laborieuse de ces vêtements explique aussi pourquoi les premières collectionneurs du Japon en France que ce soit Auguste Lesouëf (1829-1906), Léon de Rosny (1837-1914) ou Samuel Bing (1838-1905) n’ont pas acheté ce type de travaux. Ces deux raisons expliquent pourquoi ces œuvres artisanales sont si rares dans les collections privées anciennes.

 

Les motifs des tsutsugaki diffèrent selon les régions. Au nord-est du Japon les motifs de singes prédominent, tandis qu’à Kyûshû, au sud-est de l’archipel, le shishi (lion japonais) et le dragon s’imposent dans des coloris particulièrement vifs et éclatants.

 

Un rare tsutsugaki qui a appartenu à Léonard Foujita (1886-1959) met en évidence l’aspect réinventé de cette technique. Il a su appliqué son vocabulaire artistique à cette technique pluri centenaire. La collection Riboud conservée au musée Guimet, témoigne de l’audace des décors et de la vivacité des couleurs, qui font de ces textiles d’authentiques œuvres d’art, empreintes de force et de sagesse populaire.

 

Musée Guimet à partir du 13 juillet au 7 octobre 2013:

Les samedis et dimanches à 14h (durée 1h)

Plein tarif : 4.20 euros ; tarif réduit : 3.20 euros

Portrait de Léonard Foujita avec au fond le tsutsugaki qu'il a réalisé

Portrait de Léonard Foujita avec au fond le tsutsugaki qu'il a réalisé

Tsutsugaki réalisé par Léonard Foujita

Tsutsugaki réalisé par Léonard Foujita

vue d'ensemble d'une partie de l'exposiiton

vue d'ensemble d'une partie de l'exposiiton

Exposition tsutsugaki au musée Guimet
détail du vocabulaire artistique

détail du vocabulaire artistique

Partager cet article
Repost0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 15:06

 

 

 

 

printemps-magasin.jpg

 

 

Le magasin le Printemps a été créé en 1865 dans le quartier en pleine expansion qui naissait autour de l’Opéra Garnier. Ce quartier urbanisé sous le second empire attire les investisseurs de tous bords. D’ailleurs les sièges sociaux fleurissent. Et nous pouvons citer encore les 3 vaisseaux des « 3 vieilles » c’est-à-dire : LCL, Société Générale et BNP Paris-Bas qui sont tous trois aux abords de l’Opéra. C’est un quartier qui avec la gare St Lazare couple un grand nombre d’employés, des sociétés puissantes, un lieu de culture de premier plan et il est tout à fait logique que ce fut dans ce quartier que ce développa les Grands Magasins.C'est un magsin mythique a plus d'un titre qui a toujours su innover, on se rappellera par exemple qu'il faut le premier magsin avec la lumière électrique, il est aussi à l'initiative de la marque Prisunic en 1931 qui fut si importante dans le design des années 60. C'est un Grand Magasin parmi les plus connu au monde avec La Galerie Lafayette, le Bon Marché, Harrods ou Selfridge.

 

La polémique actuelle est que le Printemps, un des fleurons Parisiens, soit racheté en totalité par l’un de ses actionnaires : Borletti lui-même racheté par le Qatari.  

 

Revenons sur les faits :

 

Nous nous rappellerons de la bataille entre les Galeries Lafayette et Casino en 2011-2012 à propos de la revente de Monoprix. Casino a dû racheter pour plus d’1.5 milliard les 50% des parts que possédaient des Galeries Lafayette. Ainsi la société a obtenu le cash suffisant pour créer le levier auprès des banques et autres bailleurs de fonds afin de lever la somme suffisante pour racheter le magasin du Printemps. Tout au moins c’était le scénario sur le papier.

D’ailleurs penchons-nous un peu sur le détail de cette transaction : La marque Monoprix est une marque solide d’une chiffre d’affaire de 242 million d’€ en 2011 soit une progression de 1.78% annuel. Le nombre d’employés est stable aux alentours de 1000 personnes. Et la marque Monoprix est donc estimée aux alentours de 3 milliard d’€.

 

Le Printemps dans son histoire récente est une société qui s’est relevée depuis 5 ans et son rachat par Deutsch Bank et Borletti au groupe PPR. Son chiffre d’affaire passant en 2009 de 512 million d’€ à 1,13 milliard d’€ en 2012 tout en diminuant le nombre d’employés dans le même temps passant de 2900 à 2300. Le Printemps possède la deuxième surface de vente après les Galeries Lafayette avec 43 000m2, dans un bâtiment magnifique classé aux monuments historiques. Les informations qui circulent sur le net, Médiapart et autres journaux, indiquent que le rachat total par le Qatari du printemps se ferait aux alentours de 1.6 milliard d’€ soit 2 fois moins que l’estimation pour la société Monoprix ! Je ne suis pas loin de là dans le secret des dieux, mais il me semble que cette différence soit complétement biaisée. Comment une société plus prestigieuse, plus bénéficiaire, dont le chiffre d’affaire est plus solide soit moins chère que son concurrent qui est moins bien loti. J’ai beau me dire que je ne connais pas le taux d’endettement, ni l’ampleur des investissements à réaliser, pourtant je n’arrive pas à me convaincre du si petit prix du Printemps ! Je me demande où sont les média, où sont les journalistes d’investigation ? Dois-je moi-même enquêter pour comprendre comment l’on arrive à un prix de vente aussi sous-évalué ?

 

A ceci s’ajoute une seconde polémique : le Qatari aurait proposé 1.6 milliard d’€ et les galeries Lafayette 1.8 milliard d’€. Et c’est le Qatari qui remporte la prime ! Qu’elle est cette logique ? Les Galeries Lafayette connaissent le travail, et sont très performantes, puisque c’est le grand magasin le plus rentable au monde avec un chiffre d’affaire de plus de 4 milliard d’€ par an ! Ils ont tous les atouts pour eux ! Argent, compétence, logique de marque, stratégie internationale, et ils sont une société française. A l’heure du relancement de la productivité économique, à l’heure du matraquage sur Arcelor mittal, à l’heure où le gouvernement s’implique dans la fermeture de PSA à Aulnay, il est impossible d’imaginer que le gouvernement ne soit pas intervenu dans la revente du printemps autant à cause des emplois que de l’image internationale. Et je vous le dis sans emballage : la pièce qui est en train de se jouer est du plus mauvais goût ! Et je ne serai pas étonné que dans quelques années ceci se transforme comme une nouvelle affaire politico-financière dont notre pays semble se délecter.

 

Je pousse mon coup de gueule car je ne comprends pas, en tant que professionnel de la mode, le fonctionnement de cette transaction qui ne me paraît ni morale, ni financièrement rentable, ni juste. Il faut que les chiffres soient rendus publics. Les syndicats doivent plus communiquer ! Premièrement que l’on nous explique le coût apparent sous-estimé du printemps. Et deuxièmement que l’on explique QUI a décidé que le Qatari remporte l’offre et POURQUOI ?

 

Le marché des entreprises est simple, logiquement c’est le plus offrant et le mieux placé dans l’activité qui remporte la mise, dans ce cas c’était les Galeries Lafayette. J’invite la Mairie de Paris, les ministres de tutelle, le PDG du Printemps: Paolo de Cesare de revoir leur communication afin de mieux expliquer les faits et de clairement définir les tenants et des aboutissants avant que la polémique n’enfle et ne les dépassent tous.  

 

Et qu'ils ne nous disent pas que cela ne nous conserne pas! NOUS SOMMES LES CLIENTS! Alors puisque le client est roi. Et bien le roi se doit de tout connaître!

 

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 19:06

865135-margaret-thatcher-une-dame-de-fer-dont-637x0-1.jpg

Margaret Tatcher (1925-2013)

 

 

Qui fut Magaret Thatcher (1925-2013) ? En France, elle représente le libéralisme à outrance, la déréglementation de la fonction publique et l’euroscepticisme. Au Royaume-Uni, le sentiment est plus complexe, on lui reconnaît aussi sa capacité à réformer un pays qui était écrasé par les dettes, l’inertie et une industrie vieillissante… Des maux qui font échos à notre situation actuelle ?

 

Quand je vivais en Angleterre, il y a maintenant 6 ans, déjà nombre de mes amis britanniques pensaient que la France avait besoin de sa Dame de Fer. Mais la France de 2013 est-elle le Royaume-Uni de 1980 ? Non ! Là est l’erreur. Et là, est la faiblesse du raisonnement d’une majorité d’anglo-saxons. Les réformes qu’a organisées la Première Ministre durant plus de 10 ans ont été spectaculaires, quelques fois violentes, mais souvent douloureuses. Sa vision était claire, efficace et directionnelle. C’est d’ailleurs ainsi que Le précédent Président de la république a essayé de réformer la France, mais son style trop direct, trop offensif à braquer la population. Et il échoua à sa réélection à cause de son style. Magaret quitta aussi le gouvernement plus à cause de son image, de son comportement, de son égémonie que de son programme politique. D’ailleurs John Major, le Premier Ministre qui lui succéda était du même parti. Ce qui prouve bien que c’est sa personnalité qui exacerba la population britannique.

 

thatcher-stylist-m_2529976a.jpg

 

Margaret Thatcher avec la styliste Margaret King

 

Mais quel état son personnage ? Cet animal politique, capable de broyer toute concurrence ? Son image de Dame de Fer, c’est aussi et surtout une crinière au brushing ostentatoire, make-up impeccable, parure de perles et un sac Asprey London, depuis son accession au pouvoir en 1979, elle cultivait une image très chic et bourgeoise. C'est même en tailleur (mais pieds nus) qu'elle a fait du tennis, c'est dire ! Femme de pouvoir oui, mais aussi coquette, elle agrémentait toujours ses "Power Suits", comme on les appelle outre-Manche, d'un détail un peu fun comme une doublure colorée, une broche ou un col lavallière. Parfois, elle jouait même les audacieuses avec de longues robes moulantes drapées. La majorité de ses tailleurs sont réalisés par la marque britannique de luxe Aquascutum créée en 1851 dont la direction artistique était assurée par Magaret King. Son élégance est de plus en plus reconnue et elle a donné le ton du bon goût pour une femme politique de premier plan. Les collectionneurs de mode ne s’y trompent pas puisque ses robes souvent estimées à £1000 s’arrachent sept fois plus cher (cf Christie’s en septembre 2012).

 

suits-clara_2529968a.jpg

 

Vente aux enchères de quelques robes de Margaret Thatcher en septembre 2012 chez Christie's

 

 

 

 

 

 

Si nous continuons l’analyse en profondeur de la tenue vestimentaire de Magaret Thatcher, nous pouvons remarquer autre chose. Sa tenue vestimentaire qui est typique des années 80’s semble moins austère que la garde-robe de Simone Veil née en 1927 de 2 ans sa cadette. Je me doute que ce propos peut surprendre à bien des égards. Et pourtant par bien des aspects Madame Veil dans sa politique semble moins conservatrice et moins clivante. Magaret représente la bourgeoisie anglaise, efficace et offensive, déterminée et femme clairement indépendante. Simone Veil a un parcours différent certes, mais elle représente parfaitement la bourgeoisie française de Paris Ouest : chignon impeccable, tailleur Chanel et petits talons hauts carrés. Simone Veil semble plus fermée que Margaret Thatcher, plus traditionnaliste. Mais c’est aussi, avouons-le, l’image qu’à la France à l’étranger et spécialement à Angleterre. Alors que dans les faits Simone Veil par son adhésion à l'UDF est typiquement du centre-droit, donc théoriquement moins conservatrice que Margaret Thatcher, elle le prouve dans sa vie politique. Dans son autobiographie publiée en 2007 elle montre combien son combat pour l'IVG fut difficile et enragé. Ce sont deux femme de la même trempe. deux femmes aux idées solides, au caractère fort, à la réflexion petinente. Mais l'une est britannique et l'autre française. L'une est une vraie conservatrice mais sacrifie le chapeau au quotidien, l'autre ne dérogera jamais de sa tenue vestimentaire. Cette vision loin d'être anecdoctique se poursuit encore bien des années après.  Rappelons-nous par exemple de la fameuse blague française présentant Tony Blair comme plus proche de la droite que de la gauche Française. Cela montre combien la France est en décalage avec la politique Anglaise. 

 

Simone-Veil_reference.jpg

 

Simone Veil née en 1927

 

Le détail où ces deux femmes d’exception se rejoignant dans leur tenue de scène est l’inimitable collier de perles, qui est un reste des lois somptuaires des siècles précédents et est souvent offerts à la majorité de filles des bonnes familles. C’est autant un symbole d’aisance financière que de réussite sociale et de transmission des valeurs familiale. Cette tradition se perpétuent encore dans de nombreuses familles françaises, j’avoue ne pas savoir si c’est encore le cas en Angleterre, mais c’est le genre de tradition qui ont la vie dure.

 

 

tp014_00_ma_veil.jpg

 

 

 

 

margaret-thatcher-3900.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Magaret thatcher est une femme exceptionnelle à plus d’un titre, elle a une audace sans pareil, elle a su utiliser la mode comme un moyen de communication. Il est fort à parier que pour cela, elle se soit inspirée du précédent d’Elizabeth Première (1533-1606) qui fut l’inventrice du premier style international. Les femmes politiques ont au moins ce mérite d’user de tous les moyens à leur disposition pour marquer leur temps et leur pouvoir. Et il est évident qu’en ce sens chacune a su se différencier. Il en va de même avec Angela Merkel née en 1954 qui a su réinventer le tailleur-pantalon dans une version très rustique… Mais ceci est une autre histoire.

 

Hommage donc à l’icône de mode que fut Margaret Thatcher, respect à la personnalité politique, et une pensée à tous ceux qui ont souffert aussi de ses réformes si dures.

 


Partager cet article
Repost0